Virginie ROZIÈRE // Eurodéputée

Virginie Rozière, est députée européenne et co-présidente du parti les Radicaux de Gauche. Venue à la politique par l’Europe, une engagement pour construire un avenir commun et solidaire pour les européens. Depuis le début de son mandat elle s’engage notamment pour la protection des lanceurs d’alerte, la justice fiscale, les recours collectifs pour les consommateurs le renforcement de la démocratie européenne.

“Alors que nous sommes en pleine négociation avec les états membres sur la directive de protection des lanceurs d’alerte, il me semblait crucial de revenir sur un des plus grands scandales français, mais aussi européen, en matière de santé publique : le scandale du Médiator.
L’exposition s’appuie sur le travail de Marc Dantan, un photographe qui a parcouru la France à la rencontre des victimes du médiator. Ses photographies donnent à voir la réalité des souffrances, des vies balafrées. Elles mettent des visages sur cette réalité.
Nous aurons le plaisir d’accueillir celle qui a mis au jour ce scandale, je parle bien sûr d’Irène Frachon. Elle s’est battue, malgré la surdité des institutions de santé et du médicament, pour que justice soit enfin rendue, que les victimes soient enfin reconnues. Elle nous expliquera pourquoi il faut une protection Européenne des lanceurs d’alerte. Nous entendrons aussi le témoignage d’Ornella Delporte, une victime du Médiator.

Des témoignages essentiels, à moins d’un mois du résultat des négociations avec les états membres pour une protection européenne des lanceurs d’alerte, qui rappellent la nécessité de préserver les lanceurs d’alerte, car c’est aussi comme cela qu’on protège les victimes.
Je vous donne rendez-vous au Parlement européen à Bruxelles le 26 février pour cette conférence et cette exposition.”

Virginie ROZIÈRE // MEP

Virginie Rozière, is Member of the European Parliament and president of the political party “Les Radicaux de Gauche”. She came to politics through her European commitment : building a common future through european solidarity. Since she’s been elected she’s dedicated to whistleblower protection,, the fiscal justice, collective redress for consumers and strengthening of european democracy.

” While we are in the middle of negotiations with member states about the directive for protecting whistleblowers, it seemed crucial to me to recall one of the biggest scandals in France, but also in Europe, regarding public health: the scandal of the Plectrum. “Mediator” in french.

The exhibition presents the work of Marc Dantan, a photographer who travelled throughout France to meet the victims of the Mediator. His photographies show the reality of painful, scarred lives. They put faces to this reality.

We will have the pleasure of welcoming the woman who uncovered this scandal, Irene Frachon. She fought, despite the deafness of the health institutions to finally see justice done, so that the victims were finally recognized. She will explain why we need European protection for whistleblowers. We will also hear the testimony of Ornella Delporte, a victim of the mediator.

These testimonies are essential, less than a month from the outcome of negotiations with the Member States for a European protection of whistleblowers, as they remind us of the need to protect whistleblowers, because that is also how we protect victims.

I hope we’ll meet in the European Parliament premises in Brussels on 26 February for this conference and exhibition.”

Photo : Margot L'Hermite

Virginie ROZIÈRE // Eurodéputée

Virginie Rozière, députée européenne et présidente du parti les Radicaux de Gauche. Elle est venue à la politique par l’Europe, c’est pour elle se construire ensemble un avenir commun. Depuis le début de son mandat elle s’engage notamment pour la protection des lanceurs d’alerte, la transparence fiscale, les recours collectifs, les ICE, pour renforcer notre démocratie.

“Alors que nous sommes en pleine négociation avec les états membres sur la directive de protection des lanceurs d’alerte, il me semblait important de revenir sur un des plus grands scandales français, mais aussi européen, en matière de santé publique : le scandale du Médiator.

L’exposition s’appuie sur le travail de Marc Dantan, un photographe qui a parcouru la France à la rencontre des victimes du médiator. Ses photographies donnent à voir la réalité des souffrances, des vies balafrées. Elles mettent des visages sur cette réalité.

Nous aurons le plaisir d’accueillir celle qui a mis au jour ce scandale, je parle bien sûr d’Irène Frachon. Elle s’est battue, malgré la surdité des institutions de santé et du médicament, pour que justice soit enfin rendue, que les victimes soient enfin reconnues. Elle nous expliquera pourquoi il faut une protection Européenne des lanceurs d’alerte. Nous entendrons aussi le le témoignage d’Ornella Delporte, une victime du Médiator.

Des témoignages essentiels, à moins d’un mois du résultat des négociations avec les états membres pour une protection européenne des lanceurs d’alerte, qui rappellent la nécessité de préserver les lanceurs d’alerte, car c’est aussi comme cela qu’on protège les victimes.

Je vous donne rendez-vous au Parlement européen à Bruxelles le 26 février pour cette conférence et cette exposition.”

Virginie ROZIÈRE // MEP

Virginie Rozière, Member of the European Parliament and president of the party Les Radicaux de Gauche. She came to the policy by Europe, it is for her to build itself together a common future. From the beginning of her mandate she makes a commitment in particular for the protection of the whistleblowers, the fiscal transparency, the collective recourses, the ICE, to strengthen our democracy.
” While we are in full negotiation with member states on the directive of protection of the throwers of alert, it seemed to me important to return on one of the biggest French scandals, but also European, regarding public health: the scandal of the Plectrum.

The exhibition is based on the work of Marc Dantan, a photographer who travelled throughout France to meet the victims of the mediator. His photographs show the reality of suffering, scarred lives. They put faces to this reality.

We will have the pleasure of welcoming the woman who uncovered this scandal, of course Irene Frachon. She fought, despite the deafness of the health institutions and the drug, to finally see justice done, so that the victims were finally recognized. She will explain why we need European protection from whistleblowers. We will also hear from Ornella Delporte, a victim of the mediator.

Essential testimonials, less than a month from the outcome of negotiations with the Member States for a European protection of whistleblowers, reminding us of the need to preserve whistleblowers, because that is also how we protect victims.

I will be giving you a meeting at the European Parliament in Brussels on 26 February for this conference and exhibition.”
Photo : Margot L'Hermite

Irène FRACHON // MÉDECIN

« J’arrête, j’ai compris. Je fixe longtemps la nuit devant ma fenêtre, des gens se noient devant moi, personne ne les voit, sauf moi. Crier maintenant ne sert à rien. Et cela fait trente ans…. »

« Mediator 150 mg, combien de morts ? » Editions-dialogues.

Un soir de février 2009, examinant des dossiers médicaux de patients ayant été opérés à coeur ouvert à Brest pour de graves atteintes de leurs valves cardiaques, j’ai acquis la certitude que leur maladie et leurs souffrances étaient la conséquence d’un empoisonnement par le Mediator. J’avais déjà compris qu’il s’agissait d’un coupe-faim dérivé de l’amphétamine et vendu de façon trompeuse par le laboratoire Servier comme antidiabétique.
Et là, je découvrais, raconté en filigrane dans les courriers médicaux, des récits de descente aux enfers chez des personnes traitées de façon banale, quasi-anodine, par ce soi-disant médicament « adjuvant », le Mediator.
Récits d’étouffements subits, d’oedèmes pulmonaires, d’épuisement progressif en quelques mois ou quelques années, et parfois nécessité d’une chirurgie mutilante consistant à amputer le cœur de ses valves en les remplaçant par des prothèses palliatives. La vie qui s’échappe tandis que le cœur se met à fuir…
Près de dix ans se sont écoulés depuis cette révélation. Des milliers de victimes ont été recensées en France et parmi elles des centaines d’opérées cardiaques ainsi que des personnes décédées. Un grand procès pénal est annoncé pour juger des culpabilités des acteurs mis en cause, le laboratoire Servier bien entendu mais également les autorités de santé françaises.
Depuis dix ans, Servier conteste pied à pied la reconnaissance de sa responsabilité dans la survenue de ce drame et tente par tous les moyens juridiques d’échapper à l’indemnisation juste des victimes. J’accompagne l’éprouvant parcours de milliers de victimes depuis toutes ces années, j’en ai rencontré plusieurs personnellement, mais beaucoup ne sont encore que des noms sur des rapports d’expertise. Au-delà de l’histoire médicale, j’ai toujours tenté d’imaginer leur visage, leur village, leur vie brisée.
Marc Dantan, avec sa grande sensibilité d’artiste, m’a proposé d’effectuer cet étrange tour de France qui consiste à parcourir ce que nous avons appelé « la France du Mediator ». Le résultat est bouleversant et je ressens une profonde reconnaissance vis-à-vis de ces victimes, opérées ou proches de disparus et qui ont accepté de montrer leur visage et leur blessure, encore à vif, pour témoigner de leur existence et de leur dignité trop longtemps bafouée.
Avec elles, nous attendons la justice.

Irène FRACHON // DOCTOR

« I stop, I understood. I stare at the night through my window for hours, people drowning before my eyes, nobody can see them, only me. Crying now does not help. It has been 30 years… »

« Médiator 150mg, Combien de morts ? » Editions-dialogues.

It was during a February evening of 2009, looking through medical files of patients with open-heart surgery treated on their heart valves in the Brest hospital that it become certain that all their sickness and suffering was caused by the poisoning through the Médiator. I had already understood that the Médiator, derived from amphetamine was an appetite suppressor, falsely sold by the Servier laboratory as antidiabetic drug.

In those medical files, I discovered difficult life stories of people, after having been treated for insignificant symptoms but with the so-called adjuvant medicament Médiator.

Stories of sudden breathlessness, pulmonary oedema, progressive depletion within years or even months, sometimes necessitating mutilating surgery, which amputated the heart from its valves, and replacing them with palliative prostheses. Life running through ones fingers, while the heart is failing…

More than 10 years have passed since the revelation of the scandal. Millions of victims have been identified in France, hundreds of which had to undergo heart surgery, as well as people who did not survive. A huge criminal trial has been announced to judge the guilt of stakeholders, notably the Servier laboratory, but also French health authorities.

For 10 long years, Servier has failed to accept responsibility for this tragedy, and has tried with every legal way to escape paying a fair compensation to the victims. During all these years, I have accompanied thousands of victims through this strenuous journey, have met many of them personally, but most are only names on paper. Beyond the medical files, I have always tried to imagine their faces, their origins, their broken lives.

Marc Dantan, showing exemplary artistic sensibility, invited me to join him on this unusual Tour de France, roaming through what we have called « la France du Médiator ». The results are moving and I feel deep gratitude towards these victims that have shown their faces and injuries, to attest their existence and their dignity, both too long scorned.

Together with them, we await justice.

Irène FRACHON // MÉDECIN

« J’arrête, j’ai compris. Je fixe longtemps la nuit devant ma fenêtre, des gens se noient devant moi, personne ne les voit, sauf moi. Crier maintenant ne sert à rien. Et cela fait trente ans…. »

« Mediator 150 mg, combien de morts ? » Editions-dialogues.

Un soir de février 2009, examinant des dossiers médicaux de patients ayant été opérés à coeur ouvert à Brest pour de graves atteintes de leurs valves cardiaques, j’ai acquis la certitude que leur maladie et leurs souffrances étaient la conséquence d’un empoisonnement par le Mediator. J’avais déjà compris qu’il s’agissait d’un coupe-faim dérivé de l’amphétamine et vendu de façon trompeuse par le laboratoire Servier comme antidiabétique.
Et là, je découvrais, raconté en filigrane dans les courriers médicaux, des récits de descente aux enfers chez des personnes traitées de façon banale, quasi-anodine, par ce soi-disant médicament « adjuvant », le Mediator.
Récits d’étouffements subits, d’oedèmes pulmonaires, d’épuisement progressif en quelques mois ou quelques années, et parfois nécessité d’une chirurgie mutilante consistant à amputer le cœur de ses valves en les remplaçant par des prothèses palliatives. La vie qui s’échappe tandis que le cœur se met à fuir…
Près de dix ans se sont écoulés depuis cette révélation. Des milliers de victimes ont été recensées en France et parmi elles des centaines d’opérées cardiaques ainsi que des personnes décédées. Un grand procès pénal est annoncé pour juger des culpabilités des acteurs mis en cause, le laboratoire Servier bien entendu mais également les autorités de santé françaises.
Depuis dix ans, Servier conteste pied à pied la reconnaissance de sa responsabilité dans la survenue de ce drame et tente par tous les moyens juridiques d’échapper à l’indemnisation juste des victimes. J’accompagne l’éprouvant parcours de milliers de victimes depuis toutes ces années, j’en ai rencontré plusieurs personnellement, mais beaucoup ne sont encore que des noms sur des rapports d’expertise. Au-delà de l’histoire médicale, j’ai toujours tenté d’imaginer leur visage, leur village, leur vie brisée.
Marc Dantan, avec sa grande sensibilité d’artiste, m’a proposé d’effectuer cet étrange tour de France qui consiste à parcourir ce que nous avons appelé « la France du Mediator ». Le résultat est bouleversant et je ressens une profonde reconnaissance vis-à-vis de ces victimes, opérées ou proches de disparus et qui ont accepté de montrer leur visage et leur blessure, encore à vif, pour témoigner de leur existence et de leur dignité trop longtemps bafouée.
Avec elles, nous attendons la justice.

Irène FRACHON // DOCTOR

« I stop, I understood. I stare at the night through my window for hours, people drowning before my eyes, nobody can see them, only me. Crying now does not help. It has been 30 years… »

« Médiator 150mg, Combien de morts ? » Editions-dialogues.

It was during a February evening of 2009, looking through medical files of patients with open-heart surgery treated on their heart valves in the Brest hospital that it become certain that all their sickness and suffering was caused by the poisoning through the Médiator. I had already understood that the Médiator, derived from amphetamine was an appetite suppressor, falsely sold by the Servier laboratory as antidiabetic drug.

In those medical files, I discovered difficult life stories of people, after having been treated for insignificant symptoms but with the so-called adjuvant medicament Médiator.

Stories of sudden breathlessness, pulmonary oedema, progressive depletion within years or even months, sometimes necessitating mutilating surgery, which amputated the heart from its valves, and replacing them with palliative prostheses. Life running through ones fingers, while the heart is failing…

More than 10 years have passed since the revelation of the scandal. Millions of victims have been identified in France, hundreds of which had to undergo heart surgery, as well as people who did not survive. A huge criminal trial has been announced to judge the guilt of stakeholders, notably the Servier laboratory, but also French health authorities.

For 10 long years, Servier has failed to accept responsibility for this tragedy, and has tried with every legal way to escape paying a fair compensation to the victims. During all these years, I have accompanied thousands of victims through this strenuous journey, have met many of them personally, but most are only names on paper. Beyond the medical files, I have always tried to imagine their faces, their origins, their broken lives.

Marc Dantan, showing exemplary artistic sensibility, invited me to join him on this unusual Tour de France, roaming through what we have called « la France du Médiator ». The results are moving and I feel deep gratitude towards these victims that have shown their faces and injuries, to attest their existence and their dignity, both too long scorned.

Together with them, we await justice.

Marc DANTAN // PHOTOGRAPHE

C’est en voyant le film d’Emmanuelle Bercot La Fille de Brest que j’ai décidé de contacter Irène Frachon, la médecin lanceuse d’alerte du scandale du Mediator pour lui proposer de réaliser cinquante portraits de victimes dans toute la France. J’ai ressenti la nécessité de mettre des visages sur des chiffres et des statistiques afin de regarder en face les terribles souffrances infligées par ce poison, le Mediator.
Après son accord et avec son soutien, j’ai lancé une collecte participative pour financer mes déplacements et la conception du site internet. Nous avons pu ensuite établir une liste de victimes à photographier réparties dans tout le pays. Nous avons été frappés devant notre carte de France préparatoire de réaliser que ce poison avait abîmé des personnes, surtout des femmes, toute une génération de femmes, vivant surtout dans de petites villes et villages de France, dans le Midi beaucoup, dans le Nord aussi.
J’ai pris la route et j’ai rencontré toutes ces personnes. J’ai découvert tous les effets du Mediator et les contraintes du quotidien après l’éprouvante opération du coeur : fatigue, essoufflement, prise de médicaments, suivi médical, etc…J’ai vu beaucoup de personnes assignées à résidence, seules et parfois très démunies. J’ai entendu de nombreuses femmes désespérées ne sachant plus comment vivre… Je n’imaginais pas ces récits de vies démolies, rongées par la souffrance et l’angoisse, je n’imaginais pas tant de cynisme procédurier, je n’imaginais pas tant d’injustice dans un pays tel que le notre !
J’ai ainsi pris conscience de l’ampleur du désastre tout au long de mon périple. Merci à ces femmes et à ces hommes de m’avoir reçu et de leur témoignage, merci à Irène Frachon de son précieux soutien, merci aux donateurs du projet et merci à Virginie Rozière pour l’organisation de cette exposition.

Marc DANTAN // PHOTOGRAPHER

It is after having seen the movie “The woman of Brest” by Emmanuelle Bercot that I decided to reach out to Irène Frachon, the doctor leaking the Médiator pharmaceutical scandal, in order to create a series, portraying 50 victims from France. I felt the urge to put faces to the numbers and statistics, the urge to face the terrible suffering inflicted by this poison, which is the Médiator.

With her approval and support, I started a fundraising campaign, which allowed me to finance my travels and the creation of a web-presence. We then drew up a list of victims, spread out across the country that we wanted to portrait. This list enabled us to map the victims, realizing that this poison scared a whole generation of people, most of them being female and living in small towns and remote villages in the south and the north of France.

While travelling, I met all these people. I discovered all the horrific effects of the Médiator, as well as the daily struggles and restrictions the heart surgery has resulted in: tiredness, breathlessness, dependency on medication and continuous medical support, etc. I have seen many people confined to their homes, alone and often hopeless. I listened to many women who did not know how to carry on with their lives anymore… I could not imagine the stories of demolished lives, eroded by the suffering and agony, I could not imagine the amount of procedural cynicism, I could not imagine so much injustice in a country like ours.

Along my journey, I thus realized the extend of this disaster.

I thank these women and men wholeheartedly for inviting me and sharing their testimony, I thank Irène Frachon for your precious support, many thanks also to those who contributed financially and finally I thank Virginie Rozière for organizing this exhibition.

Marc DANTAN // PHOTOGRAPHE

C’est en voyant le film d’Emmanuelle Bercot La Fille de Brest que j’ai décidé de contacter Irène Frachon, la médecin lanceuse d’alerte du scandale du Mediator pour lui proposer de réaliser cinquante portraits de victimes dans toute la France. J’ai ressenti la nécessité de mettre des visages sur des chiffres et des statistiques afin de regarder en face les terribles souffrances infligées par ce poison, le Mediator.
Après son accord et avec son soutien, j’ai lancé une collecte participative pour financer mes déplacements et la conception du site internet. Nous avons pu ensuite établir une liste de victimes à photographier réparties dans tout le pays. Nous avons été frappés devant notre carte de France préparatoire de réaliser que ce poison avait abîmé des personnes, surtout des femmes, toute une génération de femmes, vivant surtout dans de petites villes et villages de France, dans le Midi beaucoup, dans le Nord aussi.
J’ai pris la route et j’ai rencontré toutes ces personnes. J’ai découvert tous les effets du Mediator et les contraintes du quotidien après l’éprouvante opération du coeur : fatigue, essoufflement, prise de médicaments, suivi médical, etc…J’ai vu beaucoup de personnes assignées à résidence, seules et parfois très démunies. J’ai entendu de nombreuses femmes désespérées ne sachant plus comment vivre… Je n’imaginais pas ces récits de vies démolies, rongées par la souffrance et l’angoisse, je n’imaginais pas tant de cynisme procédurier, je n’imaginais pas tant d’injustice dans un pays tel que le notre !
J’ai ainsi pris conscience de l’ampleur du désastre tout au long de mon périple. Merci à ces femmes et à ces hommes de m’avoir reçu et de leur témoignage, merci à Irène Frachon de son précieux soutien, merci aux donateurs du projet et merci à Virginie Rozière pour l’organisation de cette exposition.

Marc DANTAN // PHOTOGRAPHER

It is after having seen the movie “The woman of Brest” by Emmanuelle Bercot that I decided to reach out to Irène Frachon, the doctor leaking the Médiator pharmaceutical scandal, in order to create a series, portraying 50 victims from France. I felt the urge to put faces to the numbers and statistics, the urge to face the terrible suffering inflicted by this poison, which is the Médiator.

With her approval and support, I started a fundraising campaign, which allowed me to finance my travels and the creation of a web-presence. We then drew up a list of victims, spread out across the country that we wanted to portrait. This list enabled us to map the victims, realizing that this poison scared a whole generation of people, most of them being female and living in small towns and remote villages in the south and the north of France.

While travelling, I met all these people. I discovered all the horrific effects of the Médiator, as well as the daily struggles and restrictions the heart surgery has resulted in: tiredness, breathlessness, dependency on medication and continuous medical support, etc. I have seen many people confined to their homes, alone and often hopeless. I listened to many women who did not know how to carry on with their lives anymore… I could not imagine the stories of demolished lives, eroded by the suffering and agony, I could not imagine the amount of procedural cynicism, I could not imagine so much injustice in a country like ours.

Along my journey, I thus realized the extend of this disaster.

I thank these women and men wholeheartedly for inviting me and sharing their testimony, I thank Irène Frachon for your precious support, many thanks also to those who contributed financially and finally I thank Virginie Rozière for organizing this exhibition.